Imprimer

Être dans la foi

Il est souvent question de guérison opérée par Jésus.

L’homme guéri avait la foi et c’est parce qu’il avait la foi qu’il fut renouvelé par Jésus; oui, renouvelé au-dessus de ses échecs personnels, de ses fautes intimes et de ses infidélités.

Ciel - NuagesMais qu’est-ce donc la foi pour un chrétien?

On parle souvent « d’avoir la foi », ne serait-il pas plus juste de dire « d’être dans la foi »?

La foi est un « don qui repose sur une confiance inébranlable en l’autre et sa fidélité ».

Croire en Dieu, c’est être assuré que mon espérance, mon attente recevra une récompense au-delà de ce qu’elle entrevoit par l’ouverture de mon désir.

La foi est aussi un appel qui vient des profondeurs de mon être.

Je réponds à cet appel parfois généreusement, parfois misérablement, par un engagement qui me prend tout entier.

Quand j’ai la foi, je crois en quelqu’un, j’entre en relation avec ce quelqu’un qui est Dieu et qui me devient plus présent qu’une chose que je peux voir et toucher.

Ce sentiment profond me donne plus de certitudes que mes sens qui se trompent si souvent.

L’homme doit être constamment en attente d’un appel. Le Seigneur ne le décevra jamais.

Être en attente, vivre en espérance, avec une fidélité constante et patiente, cela crée un climat de réceptivité, de perméabilité.

L’appel attendu pousse l’homme à l’engagement concret qui est, en somme, la réponse la plus vraie à l’appel de Dieu.

Établi dans la foi, l’homme change son cœur, se dépouille lui-même pour se donner totalement à Dieu et à ses frères.

S’il s’aime, c’est uniquement parce que Dieu peut accomplir de grandes choses en lui.

S’il s’aime, c’est Dieu qu’il aime en lui.


Tiré de “Au-delà de l’échec”, p. 66-67
Par René Pageau
Les Éditions de la Parabole, 1975

Les commentaires sont fermés.