Chapelet par Dorian Cochrane (unsplash.com)

Le chapelet

Le chapelet c’est 50 petits coups de pinceau dans la main de la Sainte Vierge pour reproduire le Christ en nous. (Père Henri Roy)

Eau, calme, paix par Yoann Boyer (unsplash.com)

Être toujours dans la joie… vraiment?

Au cœur du temps de l’Avent – il en est de même pendant le Carême – un dimanche rompt l’austérité de l’attente et nous invite à la joie. En temps de crise et de tristesse que vient faire pareille interpellation?

Porte ouverte de Jan Tinneberg (unsplash.com)

Espérer

Espoir / espérance / désespoir / désespérance… Évoquer ces quelques mots soulève déjà des nuances et des subtilités qui ne sont pas que langagières.

Montagne, roc sur fond de ciel bleu par Ash Edmonds (unsplash.com)

Miser sur la fidélité de Dieu

Tout comme l’apôtre Paul, l’expérience de notre faiblesse nous invite à miser sur « plus grand que nous » afin que la Vie nous habite. Tiré de 2 Co 12,9 : « Mais il m’a déclaré : ‘Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse.’ C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. »

Autel par Grant Whitty (unsplash.com)

Le sens de la liturgie eucharistique

Nous sommes ici pour nous charger du Christ, pour l’emporter avec nous, comme la lumière du monde, afin de le donner au monde. (Maurice Zundel)

Mains - Aide par Markus Spiske (unsplash.com)

« Servir ses frères c’est régner avec Dieu. » (Madeleine Delbrêl)

« Aimez-vous les uns les autres, c’est à ce signe que l’on reconnaît mes disciples…Celui qui dit aimer Dieu qu’il ne voit pas et qui n’aime pas son frère qu’il voit est dans le mensonge », parce que les visages des uns et des autres sont le rayonnement de la gloire de Dieu qui nous habite, que nous portons dans l’ostensoir de notre cœur. Nous sommes les uns pour les autres des porteurs de Dieu! Quelle merveilleuse mission!

Madeleine Delbrêl

Madeleine Delbrêl

« La vie pour Madeleine est faite pour foncer, pour prendre des risques, pour donner. Si on la garde pour soi, on l’étouffe. La vie est calamiteuse si on la garde pour soi, mais splendide si on la donne. »

Homme, montagne, lumière par Jakob Owens (unsplash.com)

Le dynamisme de l’Esprit

Le chrétien a absolument besoin du dynamisme de l’Esprit du Ressuscité afin de vivre sa vocation à la liberté qui ne peut s’exercer valablement que dans et par l’amour.

Retour haut de page