Main qui prend soin d'une flamme par Jessica Delp (unsplash.com)

Prendre soin de Dieu

7e article d’une série de 8 sur les principales convictions et les étapes de la conversion selon l’itinéraire zundédien.

Lumière ete ombre

S’unir à Dieu pour faire reculer le mal

La prière a un sens vital, créateur et libérateur. Elle permet d’établir le règne du bien par l’union avec Dieu. Maurice Zundel n’hésite pas à voir en elle l’antidote suprême au mal dans le monde.

Main tendue

Une expérience humaine qui nous révèle la compassion divine

« Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu. » (1 Jn 4,7b)
À maintes reprises, Maurice Zundel fait appel à de profondes expériences de vie humaine afin d’éclairer cet important mystère de l’amour et de la compassion divine, tout particulièrement l’histoire vécue d’une femme exemplaire qui nous donna d’entrevoir la joie comme la douleur divine.

La lumière luit dans les ténèbres

Le mystère de Noël ou la révélation d’un Dieu fragile

Le mystère de la Nativité? C’est la révélation d’un Dieu humble, d’un Dieu fragile et d’un Dieu caché. Une naissance tellement effacée qu’elle pourrait passer inaperçue. Et pourquoi une telle naissance? Parce que la toute-puissance du Dieu révélée dans l’Évangile est une toute-puissance d’amour et de compassion.

Père et fils

Devenir le père

Nourris par l’amour du Père miséricordieux, nous sommes appelés à devenir signes de la présence du vrai Dieu pour le monde d’aujourd’hui.

Pour m’approprier la paternité spirituelle et l’autorité compatissante qui en résulte, il me faut laisser le fils révolté et le fils rancunier s’avancer sur la plate-forme, pour recevoir l’amour miséricordieux et inconditionnel que le Père offre, et y découvrir l’appel à être à la maison, comme mon Père est à la maison.

Père de la parabole

Le père de la parabole du fils prodigue

Rembrandt a cherché à exprimer par le biais du magnifique tableau « Le retour du fils prodigue » ce qu’il intuitionnait de l’âme du père, et par le fait même du cœur de Dieu.

L’amour de Dieu est toujours premier. C’est le grand mystère de la foi chrétienne.

Avant tout, c’est Dieu qui me choisit et me cherche.

Signe de croix

Le signe de la croix

En ton nom, Père, je me signe de la croix de Jésus, ton Fils bien-aimé, que tu nous as envoyé pour nous donner le salut.

En ton nom, Père, je crois en la promesse qui s’est réalisée en ce Jésus de Nazareth, en cet Emmanuel, en ce Dieu-fait-homme, en ce Dieu-l’un-de-nous, en ce Dieu-avec-nous, au cœur de la foule des hommes et des femmes de toutes les générations de la fraternelle humanité.

Ô Père-de-miséricorde, tu n’en finis plus de partager, de pardonner pour garder debout l’homme et la femme qui, l’âme en peine, te cherchent sur les routes humaines…

Retour haut de page