Jeune femme par Christopher Campbell (unsplash.com)

Dieu nous prie le premier

Quand je prie pour la paix, j’entends Dieu qui nous prie le premier de la faire nous-mêmes, et de même pour la justice et pour la fraternité. (Bernard Poupard)

Personne et soleil par Roland Denes (unsplash.com)

Faire rayonner plus de vérité et d’amour

Manger, boire, dormir, être consommateur enfin ne peut nous suffire. Nous avons besoin de donner. La personne est foyer d’initiative. Elle veut être source.

Conversation entre deux personnes - Photo par Étienne Boulanger (unsplash.com)

Des communautés où l’on se parle

La grande préoccupation à porter devient alors la possibilité de permettre aux adultes d’entrer en rapport les uns avec les autres au sujet des questions de la foi. Il faut qu’un dialogue entre la foi et la vie devienne possible. Bref, il faut pouvoir parler de sa foi.

Enfant prodigue

Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi?

Le mien, mon Dieu? Celui que j’aime? C’est celui que je prie! Il est amour, il m’invite à l’amour, il me conduit sur les chemins de l’amour, il me pardonne de mal aimer.
Mon Dieu, c’est celui qui donne la vie en abondance, pas comme le monde la donne, mais comme on la voit vivre par les personnes qu’on aime. La vie où l’on se reconnaît un peu.
Le Dieu que j’aime, c’est le Dieu qui délivre du mal, guérit les cœurs et les mémoires. Les cœurs blessés par la trahison, par la rancune, les mémoires habitées par des haines, des inimitiés, des vengeances de toutes sortes.

Petite chute

La dynamique du silence

De tout temps, des personnes ont été dynamisées par le souffle créateur de Dieu. Une Présence silencieuse nous habite qui a le pouvoir de transformer notre caractère, d’enrayer nos peurs et de libérer nos aspirations les plus profondes.

Homme qui contemple

Passer du ressentiment à la reconnaissance

L’attitude du fils cadet comme celle du fils aîné de la parabole illustrent des états d’âme que nous vivons tous, faisant ainsi référence à notre besoin de salut et de guérison.

Pêcheurs

Tous appelés à faire sa part pour l’avènement du Royaume

Réhabiliter la grâce du baptême (et par le fait même la « confirmation du baptême »), c’est reconnaître le rôle de l’Esprit-Saint dans la liberté et la vocation de tout chrétien à la responsabilité apostolique, chacun selon son charisme personnel.

Chaque chrétien participe au sacerdoce du Christ et est donc pleinement responsable de l’avènement du Royaume de Dieu.

Retour haut de page