Imprimer

Père Louis Querbes, fondateur des Clercs de Saint-Viateur

C’était l’époque de la Révolution française et la soif de sang ravageait la France. Sous le prétexte de «Liberté, Égalité, Fraternité», le règne de la terreur massacrait des milliers d’innocents et emprisonnait ou exilait des milliers d’autres. Des guillotines ont été installées sur les places publiques et les gens ont fui pour sauver leur vie.

L’Église catholique, considérée comme une alliée de l’establishment français, est devenue un autre ennemi de la République. Des religieuses, des prêtres et des religieux ont été arrachés à leurs couvents et à leurs églises, ont gravi les escaliers et ont été décapités. Seuls ceux qui ont nié leur foi ont été épargnés. L’Église a été laïcisée par le gouvernement et le pillage et les profanations sacrilèges des églises étaient endémiques. Sous le couvert de la justice, le chaos et la folie régnaient.

Father Louis QuerbesMais tous les Français n’ont pas adopté cette nouvelle sauvagerie. Il y avait des régions du pays encore fidèles au roi et à l’église. La ville de Lyon était un tel endroit. Il a dressé des barricades contre l’assaut et a résisté à deux mois de bombardements constants avant que ses défenses ne s’effondrent. Dépassée, la ville a été contrainte de se rendre et beaucoup ont été capturés et condamnés à mort.

Un loyal défenseur était Joseph Querbes, un jeune tailleur qui a été fait prisonnier mais a réussi à s’échapper. Sa femme Jeanne et leur bébé Louis avaient échappé plus tôt à la mort pendant le bombardement quand un obus de canon a détruit leur maison.

La mère terrifiée avait enveloppé son bébé dans un tablier, couru pour la sécurité et caché. Avec le temps, les horreurs et les exécutions ont pris fin et la famille Querbes a été réunie. Finalement, un accord a été signé, permettant à l’Église de pratiquer ouvertement la Foi.

Painting of Father Wilfrid corbeil, c.s.v. said the vowLe jeune enfant Louis a pu apprendre la foi dans la sécurité de la maison de ses parents. Il a fréquenté l’école paroissiale et bien qu’un jeune, a été reconnu pour sa vertu chrétienne.

Avant que le jeune Louis ait fait sa première communion, une chose remarquable s’est produite: il a fait un vœu perpétuel de chasteté! Il a écrit son vœu sur une carte avec une image de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie et Notre-Dame serait pour toujours dans sa vie.

Attiré par la vie religieuse, Louis répond à l’appel de Dieu et entre au séminaire. Après avoir étudié et enseigné, il devint prêtre dans le diocèse de Lyon et fut affecté à la paroisse de Saint-Nizier.

Statue of the sculptor Antoine Coysevox, called statue of the vow of Louis Querbes in the church of St-NizierLa chaleur, la piété et la compassion du Père Louis le firent bientôt aimer des paroissiens. Son intelligence, son zèle et sa force de caractère ont brillé à travers ses homélies inspirées et en ont converti beaucoup. Le Père Louis a établi et rendu populaire le «Mois de Marie», une contribution importante à la renaissance spirituelle de sa paroisse.

Encore jeune prêtre et à cause de son succès à Saint-Nizier, le père Querbes fut nommé curé de la paroisse rurale de Vourles, petit village de la banlieue de Lyon.

La plupart des villageois étaient indifférents, mais beaucoup, partisans de la Révolution, restèrent amèrement hostiles à la Foi et dès son arrivée, le Père Louis fut confronté à des insultes et à des menaces.

Saint-Bonnet church of VourlesLa paroisse fonctionnait à peine, l’église avait désespérément besoin de réparations et le presbytère ne comptait guère plus de quatre murs en ruine. Ce qui restait de la petite école paroissiale était en ruines. La Révolution et les villageois de Vourles avaient brisé l’esprit de leurs quatre derniers pasteurs et laissé leur paroisse en ruines.

Avec une grande foi, le Père Louis a consacré ses efforts à Notre-Dame et lentement les choses ont changé dans la paroisse. Il recevait encore des menaces mais les accueillait avec bonne humeur et cherchait inlassablement l’indifférent et l’hostile.

Le Père Louis ne prêchait pas avec un intellectualisme distant, mais avec passion et une simplicité évangélique qui touchait le cœur des gens. Son amour de la bonne liturgie était bien connu et il a fait de grands efforts pour que tout le monde participe pleinement à la messe. Père, qui aimait chanter, mettre à jour le cantique, a commencé un groupe perpétuel du Rosaire, établi le Mois de Marie et donné de nombreuses retraites.

Par la bonté et la compassion, le père Louis a commencé à gagner ses adversaires et finalement des gens de moyens se sont présentés pour offrir leur soutien. Au fur et à mesure que sa réputation augmentait, les paroisses voisines commencèrent à demander l’aide du père Louis. Des cendres laissées par la Révolution, le Saint-Esprit a utilisé Père Louis pour susciter une nouvelle vie dans un petit coin de France.

La nouvelle du succès de l’abbé Louis se répandit dans tout le diocèse et des rumeurs commencèrent à circuler pour qu’il puisse être transféré dans une paroisse plus nécessiteuse ou même nommé à la tête du séminaire. À l’insu du bon prêtre, une pétition, signée par presque tout le village, fut présentée à l’évêque, demandant qu’on laisse le père Louis rester avec eux. C’était un changement de cœur extraordinaire pour un peuple dont l’hostilité, quatre ans plus tôt, s’était opposée amèrement à son arrivée!

Tandis que le père Louis a eu beaucoup de succès avec sa paroisse, les écoles paroissiales étaient toujours en proie à des problèmes. Les effets de la Révolution ont pratiquement détruit le système éducatif français et les écoles les plus touchées sont les zones rurales. Il n’y avait pas d’argent pour payer les enseignants et la qualité de l’enseignement devenait déplorable. L’enseignement était une occupation indésirable, évitée par tous, sauf les radicaux et les anticléricaux, dont la véritable intention était de saper l’Église.

Sans se laisser décourager, le père Louis trouva une communauté de religieuses désireuses d’instruire les filles de sa paroisse, mais les garçons étaient un autre problème. Le petit presbytère servait de salle de classe pour les garçons le jour et de nuit pour la chambre du père. Le jeune homme, qui avait assisté le père Louis comme instituteur et sacristain, partit pour le séminaire. Père Louis ne pouvait pas tous les enseigner et avait besoin d’aide, mais ses appels aux communautés religieuses sont tombés dans l’oreille d’un sourd.

Le père Louis voyait la nécessité d’une association d’hommes pieux qui pourrait envoyer des membres selon les besoins pour aider les pasteurs débordés dans les paroisses éloignées en tant qu’enseignants, catéchistes et sacristains. Le père Louis invita donc Saint-Viateur, célèbre catéchiste de Lyon au quatrième siècle, à être le patron de son groupe, nomme saké et modèle.

Le Père Louis rassembla un petit groupe d’hommes capables et pieux et leur donna une formation adéquate. Avant de partir en mission, ils se réunissaient devant une statue de Marie et le Père Louis les consacrait et leurs efforts pour les soins tendres de Notre-Dame.

De cette vision inspirée sont nés les débuts de l’ordre des clercs de St-Viateur. De la nécessité d’enseigner aux enfants pauvres dans un village reculé en France a grandi un ministère mondial dont le principal charisme est l’éducation.

Non sans difficultés, non sans obstacle, non sans persécutions, les clercs de Saint-Viateur se sont multipliés. Ils sont présents sur tous les continents du monde.

Ils ont construit et administré dans les écoles, les collèges, les paroisses, les hôpitaux et les séminaires et sont renommés pour leur travail avec les sourds-muets. Des universités d’Europe aux rivières de la jungle amazonienne, de l’Extrême-Orient à l’Afrique équatoriale, elles continuent de construire le Royaume des Cieux.

Fidèles à la dévotion de leur fondateur à Marie, les Clercs de Saint-Viateur ont construit un magnifique sanctuaire en l’honneur de Notre-Dame de Lourdes, sur le flanc d’une montagne de la petite ville de Rigaud, au Québec.

Quand le Seigneur jeta ses graines sur la vie de Louis Querbes, il trouva un bon terrain. Le Père Louis a produit une récolte plusieurs fois centuple et ses descendants spirituels, les prêtres, frères et laïcs associés des Clercs de Saint-Viateur, produisent encore de bons fruits. C’est merveilleux de voir ce que Dieu fait à travers ceux qui donnent leur vie au Christ.

Père Louis Querbes, prie pour nous et tous ceux qui lisent ton histoire.

Peter et Linda Krushelnyski

Source :
Voix du sanctuaire 2018 (PDF).

Vous aimerez peut-être lire :

Les commentaires sont fermés.