Imprimer

Un appel qui vient de l’intérieur

« Quel est l’homme qui va transformer l’homme? Quel est l’homme qui est capable d’ébranler nos profondeurs? Quel est l’homme qui nous émeut et qui nous conduira vers une véritable conversion? C’est toujours uniquement celui qui se convertit lui-même, celui qui est dans la vérité de la vie, celui qui se situe en face de Dieu, qui respire sa présence et qui communique son amour. » (Maurice Zundel, Ton visage ma lumière)


Cet article s’inspire à titre particulier de la pensée de Maurice Zundel. Les citations sont tirées de plusieurs de ses ouvrages.


« Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. […]
Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père.
Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »
(Jn 4, 21.23-24)

Eau qui couleComme l’affirme Maurice Zundel, commentant ce que Jésus dit à la samaritaine près du puits de Jacob : « Le véritable sanctuaire de Dieu, c’est notre cœur, c’est nous-mêmes et c’est là que le vrai Dieu, qui est Esprit et Vérité, nous attend. » (Je parlerai à ton cœur, p. 40)

Alors que l’être humain est porté à situer Dieu en dehors de lui-même, l’Évangile introduit quelque chose de nouveau, car il appelle l’être humain de l’intérieur. (Je parlerai à ton cœur, p. 51)

C’est l’expérience spirituelle de Saint Augustin quand il dit à Dieu : « Tu étais dedans, c’est quoi qui était dehors! »

Toute conversion véritable est un passage du « dehors » au « dedans ». En s’intériorisant, l’être humain découvre un Dieu qui lui est intime et intérieur. (Je est un autre, p. 80)

Les conséquences de ce passage sont multiples et concomitantes :

  • Nous découvrons notre propre intimité.
  • Nous découvrons chaque jour un aspect inconnu de notre secret intérieur. (Je parlerai à ton cœur, p. 68)
  • Nous devenons quelqu’un au sens fort du terme.
  • Nous devenons libres.
  • Nous expérimentons une Présence créatrice qui est la respiration de notre dignité, de notre grandeur et de notre liberté. (Je est un autre, p. 24)
  • Dieu cesse d’être un étranger.
  • Nous découvrons la dignité et la grandeur des autres qui puisent à la même source que nous. (Ta parole comme une source, p. 231)

Comme le dit Maurice Zundel : « Toute la richesse de l’homme est dans l’homme, à condition qu’il se donne à la Présence qui l’habite. » (Émerveillement et pauvreté, p. 24)

Ainsi s’établit un mystérieux dialogue : « Une Présence ouvre un espace en nous en même temps qu’il le remplit. » (Je parlerai à ton cœur, p. 95)

Alors que nous parlons de nouvelle évangélisation, Maurice Zundel se pose les questions suivantes :

« Quel est l’homme qui va transformer l’homme? Quel est l’homme qui est capable d’ébranler nos profondeurs? Quel est l’homme qui nous émeut et qui nous conduira vers une véritable conversion? »
« C’est toujours uniquement celui qui se convertit lui-même, celui qui est dans la vérité de la vie, celui qui se situe en face de Dieu, qui respire sa présence et qui communique son amour. »
(Ton visage ma lumière, p. 21)

« L’humanité se désintéressera de plus en plus de Dieu s’Il n’apparaît pas justement comme ce Dedans qui nous amène à connaître notre propre intimité, qui nous apprend à découvrir l’immensité de notre aventure. » (Ta parole comme une source, p. 231)

Les commentaires sont fermés.