Le cœur du cœur de notre religion la plus personnelle

Imprimer

C’est dans notre passion maîtresse, par notre penchant le plus profond que Dieu nous attire à Lui, dans la mesure où nous nous ouvrons à son Amour, lui confiant notre désir le plus intense, convaincus que Dieu, à sa manière, le réalisera au-delà de toute image et toute mesure.

Le présent article se base à titre particulier sur la pensée de Maurice Zundel. Les citations sont tirées de quelques-uns de ses ouvrages.


Trouver sa source dans ce qui nous émerveille

Certains croient que leur vie de foi est étrangère à ce qu’ils aiment profondément. Pour eux, la vie de foi serait plus du côté du « devoir » que celui du « désir ».

Maurice Zundel pour sa part, que plusieurs considèrent comme un très grand mystique, insiste sur l’importance d’être à l’écoute de ses désirs les plus profonds.

Pour lui, la vie spirituelle passe par ce qui nous émerveille :

  • Coucher de soleil et bicycletteNous pouvons être attirés tout particulièrement par la nature, la musique, la poésie, les mathématiques, l’astronomie ou quelques autres aspects de l’univers.
  • Nous pouvons nous émerveiller devant l’amour, un enfant, une découverte scientifique ou encore une création artistique.

Ces amours, dans la mesure où ils sont sains, constituent autant de manifestations du « Dieu vivant au plus intime de notre cœur. » (Ton visage, ma lumière, p. 389)

Ces passions nous parlent de Dieu. Comme le dit le psaume, « goûtez et voyez comme est bon le Seigneur. »

C’est dans l’émerveillement que notre existence s’enracine et que notre amour de Dieu s’approfondit.

« Dieu, c’est quand on s’émerveille. » (Ton visage, ma lumière, p. 391).

L’émerveillement nous fait vivre et nous guérit de nous-mêmes, car nous sommes « jetés dans une Présence qui nous comble en même temps qu’elle nous délivre de nous-mêmes. » (Je est un autre, p. 18-19)

Vivre sa religion… de manière personnelle

Il est assez remarquable que ce soit l’auteur d’un premier ouvrage intitulé « Le Poème de la sainte liturgie » sur le thème de l’eucharistie, qui nous appelle à vivre notre religion de la manière la plus personnelle possible.

Pour Maurice Zundel, il importe d’avoir le courage de faire ce que nous aimons le mieux, ce qui correspond à ce que nous avons de plus essentiel.

C’est cela le « cœur du cœur de notre religion la plus personnelle. » (Ta parole comme une source, p. 256)

C’est à ce prix que nous découvrons le visage de Dieu qui correspond à ce que nous avons d’unique.

L’appel à la joie

Pour Zundel, il est de première nécessité de faire chaque jour sa « provision de joie » sous la forme de l’émerveillement. (Émerveillement et pauvreté, p. 191)

Pavots rougesFaire « oraison sur la vie » c’est savoir discerner dans ce qui nous émerveille « cette Présence mystérieuse et bien-aimée dont la joie ne s’épuise pas. » (Ta parole comme une source, p. 255)

Comme l’affirme Maurice Zundel, « c’est donc à chacun de voir ce qui fait battre son cœur, ce qui l’émerveille, ce qui l’émeut, ce qui l’enthousiasme, ce qui est pour lui l’aliment le plus spontané de son admiration et de son amour. » (Je parlerai à ton cœur, p. 68).

C’est dans notre passion maîtresse, par notre penchant le plus profond que Dieu nous attire à Lui, dans la mesure où nous nous ouvrons à son Amour, lui confiant notre désir le plus intense, convaincus que Dieu, à sa manière, le réalisera au-delà de toute image et toute mesure. (Ton visage, ma lumière, p. 90)

Pistes pour aller plus loin

Faire provision de joie :

Prendre le temps de cueillir les joies : celles de la nature, de l’amitié, de l’âme, de la recherche intellectuelle, de la tendresse… et y découvrir la Présence divine qui renouvelle chaque jour notre vie. « Dieu est neuf chaque matin ! » (Émerveillement et pauvreté, p. 202)

La vie spirituelle passe par nos désirs profonds :

  • Qu’est-ce qui nous émerveille? Qu’est-ce qui fait jaillir en nous l’admiration?
  • Quelles actions nous procurent une joie durable?
  • Quels rêves aimerions-nous avoir réalisés?
  • Quels sont les désirs profonds qui donnent sens à notre existence?

Vous aimerez peut-être lire :

Les commentaires sont fermés