Imprimer

Dieu n'est pas ce que l'on imagine

Seigneur,

On te soupçonne de nous manipuler
par la contrainte et la peur de l’enfer :
tu ne nous attires que par amour.

On te dit mesquin et fouineur de conscience :
nos médiocrités ne mobilisent que ta tendresse.

On te croit ennemi de la joie :
tu en es la source.

On t’accuse d’être l’opium des opprimés :
tu es l’animateur de tous les mouvements de libération.

On te pense contrarié et jaloux de nos recherches scientifiques :
tu nous offres un univers infini à explorer.

On t’imagine rancunier :
tu pardonnes comme nous respirons.

On te croit figé comme un monarque :
tu es ardent comme un berger.

On te croit initiateur de l’Inquisition :
tu en es la victime.

On t’imagine grand-papa gâteau :
tu es jeune, pauvre, mendiant.

On prétend que tu es « quelque chose au-dessus de nous » :
tu es quelqu’un au-dedans de nous.

On te cherche chez les justes :
tu loges chez les pécheurs.

On veut te cerner dans le filet des mots :
tu te poses sur le sourire des enfants.

Stan Rougier
Prières glanées

Retour haut de page