Imprimer

Jésus, « maître du désir »

Un article tiré du site catechese-ressources.com.

La spiritualité du désir :


La voie du désirPrésenté sous la forme d’un diaporama en 20 diapositives, cet article (1er d’une série de 2) se propose de dégager des idées clés de l’excellent ouvrage de Benoît Garceau, o.m.i intitulé La voie du désir aux Éditions Médiaspaul, 1997, 103 p.

Comme le dit Benoit Garceau,

« La voie du désir propose un voyage intérieur vers ce désir profond, dans le but de nous aider à le découvrir, à le nommer, à le libérer des peurs qui l’enferment, à l’ouvrir enfin au désir du Créateur de partager avec tous les êtres humains son éternel bonheur. »

Méditation en images

Méditation – Texte

Diapo 1

Le mot « esprit » traduit, dans la Bible, le mot « pneuma » en grec qui veut dire littéralement « souffle ».
La spiritualité est un art « d’avoir du souffle ».
La catéchèse a pour mission notamment de protéger et de soigner cet art de respirer pleinement et de vivre intensément.

Diapo 2

Comment vivre? Par devoir ou par désir?
Il n’y a pas si longtemps, la « morale du devoir » était de mise…
Aujourd’hui, la majorité de nos contemporains recherchent une spiritualité dont le but est de libérer en nous le Souffle qui nous rend libres.

Diapo 3

Être de désir, l’être humain aspire à libérer et à vivre ses désirs profonds.
Le christianisme? Non pas une voie de refoulement des désirs, ceux du « cœur profond » (Simone Pacot), mais une voie de l’approfondissement et de l’intensification du désir.

Diapo 4

Mais le chrétien n’est-il pas appelé à « faire la volonté de Dieu » ?
Or justement… la volonté de Dieu, écrit Gerard W. Hughes, c’est que nous découvrions ce que nous voulons vraiment et qui nous sommes réellement.

Diapo 5

Mais qu’est-ce que je désire réellement et profondément?
Bien souvent, c’est dans ce que je crains le plus de perdre que je peux découvrir ce que je désire le plus…
Or… ne serait-ce pas la peur de n’avoir aucune valeur et de ne pas être aimé?

Diapo 6

L’être humain aspire à la présence de l’autre, à la communication avec l’autre, il désire avoir du « prix aux yeux de quelqu’un ».

Diapo 7

L’être humain aspire à « être », c’est-à-dire à être vrai et bon, à connaître et à aimer.
Créé à l’image du Dieu trinitaire, du Dieu de la relation, l’être humain aspire à entrer en relation d’accueil et de don avec autre que soi.

Diapo 8

Jésus de Nazareth était véritablement un « maître du désir ». Il voulait amener ceux qu’ils croisaient sur sa route à découvrir que c’est dans ce qu’ils aiment et désirent le plus ardemment que Dieu veut les rencontrer :

  • « Que cherchez-vous ? » (Jn 1,38)
  • « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » (Lc 18,41)

Diapo 9

À la Samaritaine, Jésus demande de lui donner à boire. Devant l’étonnement qu’elle éprouve à voir un Juif entreprendre une conversation avec elle, Jésus ajoute : « Si tu savais le don de Dieu… »

Dieu c’est celui qui te prie, t’adresse une prière, te demande d’accueillir le don de lui-même. Il vient à la rencontre de ton désir le plus profond car c’est lui-même qui le suscite.

Diapo 10

Dieu, « l’au-delà au-dedans » (Maurice Zundel), dont le sanctuaire se trouve au plus intime de notre être, se propose comme la Vie de notre vie, le Cœur de notre cœur, la Source de notre source.

À notre soif de reconnaissance et d’amour inconditionnel, se propose un hôte mystérieux qui nous comprend et nous accepte tel que nous sommes.

Diapo 11

« Créés à son image et appelés à être à sa ressemblance ».
Être de relation, l’être humain aspire à se recevoir de Dieu mais aussi à devenir « don » tout comme lui.
C’est le désir d’être bon, la grandeur du don de soi.
« Celui qui voudra devenir grand parmi vous se fera votre serviteur. » (Mt 20,25)

Diapo 12

C’est précisément au désir d’être bon, d’être parfaitement bon, que Jésus veut s’adresser, plutôt qu’à la préoccupation de faire ce qui est conforme aux attentes des autres pour avoir de la valeur à leurs yeux.

Diapo 13

Mais qu’est-ce qui peut bien empêcher l’éclosion de mon désir d’aimer?
Notamment, la pensée ou le sentiment de ne pas être aimé et par conséquent de ne pas être aimable.

De cette croyance il s’ensuit que je dois gagner l’appréciation des autres et la mériter : j’investis alors massivement dans mes fonctions, mon travail et mes rôles. C’est l’absence de foi en soi.

Diapo 14

Plus je suis engagé dans cette logique de mériter l’amour, dans cette logique de compétition et de rivalité, plus je deviens incapable de recevoir ou de donner, l’amour étant un don gratuit.

Diapo 15

Il existe une Bonne Nouvelle, celle de l’Amour de Dieu créateur.
Nous sommes ses enfants bien-aimés. Nous ne serons jamais privés de son Amour.
L’Évangile est une bonne nouvelle pour le désir d’aimer. Il lève l’obstacle majeur qui vient de l’absence de foi en notre propre bonté.

Diapo 16

Par ses paroles et ses gestes, Jésus nous libère et nous fait découvrir que chacun est aimé par Dieu, sans condition ni comparaison.

« Qui me voit, voit le Père » (Jn 12,45)

Diapo 17

Face à un monde qui trop souvent nous empêche de croire en notre propre valeur en nous humiliant de diverses façons, Jésus nous offre une sécurité affective que nous ne pouvons trouver qu’en Dieu.

Il existe un amour inconditionnel et créateur, un amour tout-puissant pour chacun de nous.

Diapo 18

Dieu n’a rien de l’employeur qui répartit les tâches ou du régisseur qui distribue les rôles. Son premier pas vers nous est un pas d’amour. D’un amour qui n’est aucunement possessif, qui ne cherche qu’à nous toucher et nous ouvrir pour nous donner à nous-mêmes et à notre liberté.

Diapo 19

Et quel est notre premier pas à nous ?
Il est de croire en son amour inconditionnel.

Et quel est notre deuxième pas ?
Être le visage de la tendresse de Dieu pour les autres. Rendre visible l’amour invisible en lui prêtant des mains et un visage.

Diapo 20

Seul Dieu peut guérir mon besoin inépuisable d’être aimé. Ni moi-même, ni les autres sont à même de combler ce que peut seul l’Amour tout-puissant, créateur et inconditionnel de Dieu.

« Tu nous as fait pour Toi Seigneur, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi ! » (Saint Augustin)

Vous aimerez peut-être lire :

Les commentaires sont fermés.