Imprimer

L’avenir du monde se joue dans mon cœur

Le P. Henri Boulad nous rappelle que mon « oui » ou mon « non » le plus secret est la porte ouverte ou fermée vers un monde nouveau. Le Dieu de l’univers, avec toute sa force et sa bonté, réside en moi, au fond de mon être, et c’est précisément Lui qui m’appelle à l’exaucer afin qu’il puisse poursuivre son œuvre de création… en moi et par moi.

Homélie

Par le P. Henri Boulad. Église des Jésuites, Alexandrie – Égypte.
Textes du jour : Is 40,1-11 / 2P 3,8-14 / Mc 1,1-8
10 décembre 2017

N. B. – Vous pouvez visionner la vidéo en pleine grandeur grâce à une option du lecteur.


Idées principales

N. B. – Le texte ci-dessous ne constitue pas un verbatim, mais il se propose de relever les idées principales de l’homélie.

Fondamentalement, où se joue l’avenir du monde ?

La réponse de l’Évangile est claire et nette :

« L’avenir du monde se joue en moi, dans mon cœur. »

Non pas pour dénigrer l’importance de notre activité professionnelle, caritative ou de notre savoir-faire, loin là… mais pour affirmer que fondamentalement, c’est au niveau de l’être profond que tout se joue.

« Quand je me mets en prière, quand je réalise une victoire sur moi-même, sur une tentation, sur une passion, sur un défaut, sur un péché… quelque chose se débloque… et la grâce passe. »

Oui, la grâce passe : en moi, par moi, pour rejoindre le monde entier.

CœurJ’ai en moi la clé d’un monde nouveau.

Mon « oui » ou mon « non » le plus secret est la porte ouverte ou fermée vers un monde nouveau.

L’obstacle est en moi, et la solution aussi …

On se demande parfois à quoi peut bien servir la prière?

En bien, la prière a le pouvoir de tout changer. Elle a le pouvoir de changer le monde.

Pourquoi ?

Parce que le Dieu de l’univers, avec toute sa force et sa bonté, réside en moi, au fond de mon être, et c’est précisément Lui qui m’appelle à l’exaucer afin qu’il puisse poursuivre son œuvre de création… en moi et par moi.

« Préparez le chemin du Seigneur ».

Nous avons le pouvoir de bloquer ou de débloquer l’action de Dieu.

C’est moi qui ralentis ou accélère la marche de l’histoire.

C’est moi qui décide de son accomplissement, de son aboutissement et de son succès.

Dieu a besoin de mon « oui ». Le fleuve a besoin de moi pour abreuver la terre.

La foi consiste à dire que j’ai en moi le destin du monde. En moi, dans ma main, dans ma prière.

« Seigneur, fais sauter les verrous de mon cœur »
« Seigneur, je t’ouvre la porte. Agis, passe, inonde, submerge, transforme. »
« Seigneur, donne-moi d’être droit, comme les prophètes. »

… « Alors la gloire de Dieu se révélera ».

… la puissance de Dieu transformera le monde.

… le Règne d’amour et de tendresse que nous attendons pourra venir.

Convainquons-nous que chacune de nos décisions les plus secrètes, les plus personnelles, met en jeu l’avenir du monde.

Vous aimerez peut-être lire :

Les commentaires sont fermés.