Imprimer

A-t-on vraiment besoin de moi?

Réflexions autour du virage missionnaire. Il n’y a pas de « simples » baptisés
Dix-septième de la série.

Par ailleurs, je crois en entendre des remarques du genre : Vous savez, pour reprendre votre langage je ne suis qu’un « simple baptisé ». Il y en a de bien plus compétents que moi, on n’a pas besoin de mes services.

Eh bien non! Il n’y a pas de petits ou de grands baptisés. Tous sont requis!

Mains avec semences par Joshua Lanzarini (unsplash.com)Le monde dans lequel nous vivons – et ça commence par sa propre maison – a besoin de plus d’amour, de plus justice, a besoin d’un surplus de paix et d’espérance. Le monde est en quête de sens. Qui peut lui en offrir?

Nos familles, notre communauté paroissiale, notre circonscription municipale, notre comté, notre nation, la planète, partout on a besoin d’un levain dans la pâte. Et d’être ce levain c’est la vocation première des disciples-missionnaires que sont les baptisés.

La religion dans ce qu’elle a de meilleur lorsqu’elle résiste à la séduction des vérités simplistes, nous ramène impérieusement aux grandes questions qui nous concernent tous comme personne humaine. (Timothy Radcliffe)

Dans les Évangiles on retrouve deux commandements : Aimez-vous et Allez …
Il semble que l’invitation soit claire, une invitation qui pourrait se traduire en ces termes :

Puisque tu as été baptisé dans la Pâque du Christ,
sois attentif aux murmures de son Esprit
C’est lui qui te garde en éveil.

C’est lui qui te rend capable de discerner
la face cachée et lumineuse des êtres et des choses.

C’est lui qui te donne d’entendre
les pas discrets du Seigneur qui te cherche.

C’est lui qui fait de toi sans toujours t’en rendre compte
le discret témoin dont il a besoin.

Oui, puisque tu as été baptisé dans la Pâques du Christ,
sois attentif aux murmures de son Esprit.
C’est lui qui te dit : va!

À suivre…

Les commentaires sont fermés.