Imprimer

La résurrection

Réflexions autour du virage missionnaire. Qu’en sait-on vraiment?
Quinzième de la série.

Même relue à travers les mots d’un romancier-poète pour qui la résurrection c’est la mort qui meurt de l’envahissement de la Vie (Didier Decoin), l’affirmation catégorique de Paul nous laisse quand même sur des questions.

Il a beau répéter sur tous les tons que le Christ est ressuscité d’entre les morts, mais de quoi s’agit-il au juste? Y a-t-il des preuves de la résurrection?

Après sa mort le Christ s’est manifesté à Paul, de même aux Apôtres et à plusieurs disciples, mais qu’en est-il du fait lui-même de la résurrection?

Force nous est de le reconnaître, il n’y a aucune preuve historique valable du fait même de la résurrection de Jésus. Il n’y a pas de témoins oculaires du fait lui-même.

En fait il n’y a qu’une réalité historiquement constatable.

Une communauté de disciples se forme après la mort de Jésus. Elle s’en va annoncer à un monde de plus en plus large et lointain la nouvelle stupéfiante : cet homme de Nazareth, Dieu l’a ressuscité et fait Seigneur et Christ.

Il n’y a pas d’autre preuve que cette communauté des commencements qui vit, de lui et par lui. Une vie nouvelle est en elle.

Elle grandit comme l’arbre issu du grain de sénevé fidèle en cela à la parabole.

C’est cette communauté des origines qui nous a rejoints. Nous sommes en communion avec elle, nous en sommes le fruit.

Eau qui arrose des plantes par Markus Spiske (unsplash.com)

C’est cette communauté des origines, cette première communauté missionnaire vivant du Christ ressuscité qui à travers les siècles les communautés de croyants et de croyantes. Les nôtres en sont le fruit.

Aujourd’hui encore, la meilleure preuve de la résurrection – si pauvre soit-elle – ce sont les chrétiens eux-mêmes issus de cette communauté des commencements.

Et ici tout l’intérêt est de tenter de repérer sur le terrain et de comprendre comment des communautés naissent et vivent à travers leurs membres.

Résurrection et communauté sont donc deux mots, deux réalités, indissociables. L’une éclaire l’autre, l’une permet à l’autre d’être là.

Et un baptisé dans tout cela? Un témoin? Une preuve?

À suivre…

Les commentaires sont fermés.