Imprimer

Le dynamisme de l’Esprit

Quatrième de la série. Enraciné et libéré pour aimer.

Le chrétien a absolument besoin du dynamisme de l’Esprit du Ressuscité afin de vivre sa vocation à la liberté qui ne peut s’exercer valablement que dans et par l’amour.


Vous, frères, vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour votre égoïsme; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres. (Ga 5,13)

La vocation chrétienne est éminemment une vocation à la liberté.

C’est la condition normale de l’existence du chrétien dans la mesure où il demeure uni au Christ, source ultime de sa liberté.

Homme, montagne, lumière par Jakob Owens (unsplash.com)Ainsi, la Loi, comme un guide, nous a menés jusqu’au Christ pour que nous obtenions de la foi la justification. Et maintenant que la foi est venue, nous ne sommes plus soumis à ce guide. Car tous, dans le Christ Jésus, vous êtes fils de Dieu par la foi. En effet, vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ. (Ga 3,24-27)

Le chrétien est libre… pour aimer

L’appel à liberté reçue par vocation baptismale n’a rien en commun avec un quelconque dérèglement moral qui ferait fi des bonnes mœurs et des valeurs gages d’humanisation, bien au contraire.

La liberté chrétienne ne peut et ne doit s’exprimer que dans l’amour véritable.

C’est précisément ce qu’affirme l’apôtre Paul quand il invite de « se mettre, par amour, au service les uns des autres » (Ga 5,13). De plus, il précisera que l’amour fraternel est l’accomplissement plénier de la loi :

Car toute la Loi est accomplie dans l’unique parole que voici : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. (Ga 5,14)

La charité fraternelle devient ainsi, en christianisme, une composante essentielle de la liberté.

Paul énumérera les fruits de l’Esprit, signes de l’union au Christ, qui sont en même temps des manifestations de l’amour et signes de la liberté véritable :

Arbre, enracinement, lumière, soleil par Simon Wilkes (unsplash.com)Mais voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. En ces domaines, la Loi n’intervient pas.
Ceux qui sont au Christ Jésus ont crucifié en eux la chair, avec ses passions et ses convoitises.
Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit. (Ga 5,22-25)

Tous ces fruits de l’Esprit poussent le croyant à sortir de lui-même pour aller vers les autres.

Selon Paul, la liberté ne peut s’exercer valablement que dans et par l’amour.

Commencée par la foi, la libération du chrétien ne se réalise pleinement que dans l’amour :

Car, dans le Christ Jésus, ce qui a de la valeur, ce n’est pas que l’on soit circoncis ou non, mais c’est la foi, qui agit par la charité. (Ga 5,6)

Le chrétien est libre pour aimer : il se libère et se réalise toujours davantage en aimant.

L’être humain ne peut se libérer seul

Paul donne une place primordiale à l’Esprit comme source de liberté du chrétien.

L’être humain ne peut se libérer en comptant sur ses seules forces.

Il a absolument besoin du dynamisme de l’Esprit du Christ en lui pour atteindre à la vraie liberté.

Or, le Seigneur, c’est l’Esprit, et là où l’Esprit du Seigneur est présent, là est la liberté. (2 Cor 3,17)

Et selon Paul, posséder l’Esprit du Seigneur en soi, ce n’est pas seulement avoir sa mentalité, mais bien posséder un dynamisme de vie et une force d’action :

Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit. (Ga 5,25)

Mais si vous vous laissez conduire par l’Esprit, vous n’êtes pas soumis à la Loi. (Ga 5,18)

Cela n’est pas sans nous faire penser à l’appel de l’Évangile de Jean pour qui la fécondité passe par l’union au Christ :

Vigne, sarments, soleil par David Kohler (unsplash.com)Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. (Jn 15,5)

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. (Jn 15,16-17)

Alors que la loi était un principe externe de vie et d’action, l’Esprit est au contraire un dynamisme interne qui pousse le chrétien à agir selon sa vocation profonde.

En cela se trouve la vraie liberté.

À suivre…

Les commentaires sont fermés.